Grand Angle Productions

Dans l'oeil des RG

  • TOUS DES GAUCHISTES  

Après Mai 68, le gouvernement et la police, qui n’avaient pas anticipé le mouvement et qui restent traumatisés par cet épisode révolutionnaire, considèrent les groupuscules d’extrême-gauche comme les nouveaux ennemis de l’Etat. Les gauchistes sont donc surveillés en permanence par les services de renseignement. Pas sans raison puisque la gauche prolétarienne avait bien, à l’époque, l’intention d’avoir recours à la violence. Du coup, la paranoïa des Services va conduire à espionner toute personnalité soupçonnée de la moindre sympathie avec l’extrême-gauche, fût-elle respectablement connue. Peu à peu, les Renseignements Généraux deviennent une véritable police politique.

  • LA RÉPUBLIQUE DES COUPS TORDUS

Les méthodes musclées vont perdurer même après l’arrivée de la gauche au pouvoir. Les ennemis intérieurs sont toujours plus nombreux. Et peu à peu, sous l’influence d’Yves Bertrand, un nouveau directeur particulièrement machiavélique, de nouvelles techniques, plus subtiles mais plus perverses également vont se mettre en place rue des Saussaies, au siège des Renseignements Généraux : la manipulation et l’intox à grande échelle.

  • AU SERVICE DU PRÉSIDENT

Avec Jacques Chirac puis Nicolas Sarkozy, les Renseignements Généraux deviennent un service de sécurité à la solde des présidents de la République. Dans une période où la menace terroriste, certes présente, n’est pas encore aussi cruciale qu’aujourd’hui, le renseignement intérieur renoue avec ses méthodes barbouzardes : écoutes sauvages, espionnage des opposants et même surveillance de l’actualité people. Ce dévoiement des services de l’Etat va être fatal aux RG. Mais si le nom en tant que tel à disparu, son héritage, sa culture et ses méthodes, restent bien présents, encore aujourd’hui.

 

Fiche technique

Affiche de Dans l'oeil des RG

Réalisateur : Olivier Toscer

Producteur : Grand Angle Productions

Coproducteurs : France Télévisions, INA

Pays de production : France

Année : 2020 

Durée : 3x53’